Peindre les ruches

Publié le par Jean-Marc NAILLON

    Quelques éléments de ruches étaient à peindre. C'est un travail de saison.

    Assemblés en décembre, je les avais alors trempés dans l’huile de lin, selon la méthode décrite par Céline Gobin sur le site « Les ruchers d’Argonne » (Voir dans la catégorie  « sites apicoles » ci contre) : dans un toit de ruche, je verse un mélange d’huile de lin et d’essence de térébenthine et je fais tremper chaque face du corps ou de la hausse pendant ¼ d’heure.

   

    Les éléments avaient donc séchés pendant deux mois et il était temps maintenant de les recouvrir d’une protection supplémentaire : j’utilise la lasure bitumineuse de chez Biofa. Elle joue le rôle du carbonyle utilisé par certains apiculteurs dans le passé, mais elle n’est nocive ni pour l’environnement, ni pour l’utilisateur et sa fabrication suit un cahier des charges respectueux de l’environnement. L’odeur dégagée lors de son application est agréable. Comme de nombreuses peintures bio, elle a l’inconvénient de ne pas sécher très vite, mais je ne suis pas pressé et peux me permettre de passer les trois couches à deux ou trois jours d’intervalles.

   

   Lorsque je les utiliserai, ils auront perdu l'odeur de ce produit qui pourrait perturber les abeilles.

  

   

Sur la photo, on peut distinguer des corps et une hausse Dadant ainsi que deux éléments de ruche Warré/Gatineau.

Publié dans Des travaux au rucher

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article