Première intervention sur les colonies

Publié le par Jean-Marc NAILLON

Etant donné la douceur du temps, la date maintenant tardive et l’avancée de la végétation, il était temps de commencer à agir sur les colonies pour les aider à un démarrage correct.

J’ai donc procédé comme suit :

 

Pour les colonies qui semblaient suffisamment dynamique, je me suis contenté d’un nettoyage des planchers : grattage des saletés accumulées, des gros dépôts de propolis puis brossage avec de l’eau javellisée. Il s’agit essentiellement d’une mesure prophylactique permettant aux colonies de démarrer la saison dans de bonnes conditions d’hygiène. Cette action me permet également de compléter l’observation du trou de vol en examinant les dépôts de cire sur les plateaux et de voir ainsi l’emplacement occupé par la colonie.

Pour les colonies suspectes, c'est-à-dire présentant au trou de vol une activité faible, j’ai commencé par nettoyer le plancher puis j’ai procédé à une visite rapide, sans sortir tous les cadres, en constatant la place occupée par les abeilles et en resserrant la colonie sur un côté de la ruche grâce à une partition isolante. Il faut donc dans ce cas sortir quelques cadres de miel latéraux qui ne pourront de toute façon pas servir avant longtemps.

 

 

J’ai découvert deux ruches vides. C’est toujours un peu déprimant de perdre des colonies. Les ruches contenaient du miel en abondance mais étaient complètement vides d’abeilles, comme ce qui était décrit l’année dernière par les collègues qui avaient parfois perdu de nombreuses colonies. J’étais très fier l’an dernier de n’avoir subi aucune perte hivernale. Cette année, il va falloir que je me pose des questions sur ma pratique apicole….

 

Un essaim artificiel de l’année dernière me semblait présenter une activité importante.

J’avais constaté une très belle ponte de la reine à l’automne et je souhaitais transvaser cette colonie en ruche.

Elle a pu bénéficier d’une ruche toute neuve et j’ai ajouté simplement un cadre bâti.

 

 

 

Elle se trouve maintenant sur sept cadres, calfeutrée par un isoruche replié après le septième cadre.

 

Publié dans La conduite des ruches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article