Des nouvelles des abeilles

Publié le par Jean-Marc NAILLON

Pas facile au printemps de prendre le temps d’écrire régulièrement. Je dois dire qu’un coup d’œil sur les statistiques de connexions sur mon blog m’incite à reprendre contact avec le clavier car je ne voudrais pas trop décevoir les nombreux et réguliers lecteurs. Alors c’est promis, j’écrirai régulièrement dans les jours qui viennent, j’ai encore des choses à dire !

Alors voici quelques nouvelles des abeilles :

Mes ruches Warré/Gatineau :

J’ai constaté il y a une dizaine de jours que l’une d’entre elles (installée sur trois corps depuis l’automne) avait quasiment rempli le corps inférieurs de couvain. Je me suis donc empressé de l’agrandir … par le bas. J’ai ajouté un corps de 8 cadres de cires gaufrées au dessous des autres. Cette ruche est donc maintenant sur 4 corps. Les abeilles remplissent les corps supérieurs de miel et le couvain descend progressivement, comme si les abeilles étaient dans leur milieu naturel (un tronc creux de châtaignier par exemple). Quel apiculteur n’a pas vu un essaim installé depuis longtemps entre une fenêtre et des volets, qui a agrandi ses rayons sur près d’un mètre de hauteur, ou davantage).

Il est vrai que j’aurais pu agrandir cette ruche avant car l’agrandissement par le bas ne risque pas de refroidir le couvain. Mais je découvre ce format de ruche depuis l’année dernière, j’observe, et j’apprends.

Ci-dessous, le détail de l'occupation des corps par la colonie, après l'ajout du corps inférieur:

Si la ruche se développe suffisamment, je peux espérer poser un nouveau corps, cette fois ci par-dessus, comme une hausse traditionnelle, afin de récolter du miel d’acacia.

L’autre ruche Warré/Gatineau avait passé l'hiver sur 2 corps. Elle reste maintenant sur 3 corps, car le couvain n’est pas encore descendu dans le corps inférieur. Comme je donne priorité à la récolte de miel spécifique (miel d’acacia tout d’abord), je pense que je poserai directement une hausse par-dessus dès que le développement sera suffisant.

Les ruches Dadant 10 cadres :

Des articles précédents ont expliqué tous les soucis que j’ai pu rencontrer cette année à la sortie de l’hiver. C’était une situation tout à fait inhabituelle pour moi que de devoir faire face à une perte importante de colonies et à un affaiblissement des ruches restantes. Il a fallu remettre en question mes pratiques habituelles. Voilà où j’en suis :

-         Les cadres à mâles sont posés dans toutes les ruches (pour piégeage des varroas), de manière prioritaire par rapport aux cadres à renouveler : les ruches suffisamment fortes ont eu deux cadres de cire gaufrées et un cadre à mâles. Les autres n’ont eu qu’un cadre de cire gaufrée et un cadre à mâles, ou simplement ce dernier.

-         Les hausses sont posées depuis ce week end sur les ruches fortes (à condition que les abeilles couvrent l’ensemble des inter-cadres). Je ne pose que des hausses de cadres bâtis pour le début de la miellée d’acacia). Je fais en général bâtir des cadres de hausse au début de la miellée de tilleul.

-         J’avais envisagé de procéder à un élevage de reines par greffage et introduction du cadre de cupules dans un starter, mais j’ai préféré retarder l’opération car j’estime que mes colonies ne débordent pas d’abeilles. J’en prélèverai un peu plus tard. Comme ma récolte de miel sera inférieure à ce que j’aurais pu espérer si j’avais gardé toutes les colonies, je ne vais pas en plus prendre le risque de la diminuer par un affaiblissement artificiel de quelques ruches.

Publié dans La conduite des ruches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

J M B 24 29/04/2007 13:23

Bonjour
Autre alternative, les endormir au nitrate d'ammonium.
Ne le faire la première fois qu'avec un apiculteur expérimenté.

BAS Robert 28/04/2007 18:21

Pouvez-vous me donner desindications pour déplacer un essaim
qui est dans une ruchette depuis plusieurs jours.Je suis novice en
apiculture.merci!

Jean-Marc NAILLON 29/04/2007 10:04

Si c'est un déplacement de quelques mètres, déplacez la ruchette de 50 cm par jour. Si la distance à parcourir est plus importante, délocalisez la ruchette à plus de 3 km pendant 3 semaines et ramenez la ensuite à l'emplacement prévu. Le plus simple est de la fermer après la tombée de la nuit (attention de laisser respirer les abeilles).
 

lefaiseur 25/04/2007 22:31

Sache que j'ai hâte de passer gouter ce miel... miam... il faut juste trouver du temps... mais ça va venir! Quelle est la meilleur période? Celle ou l'on peux piocher dans les alvéoles et mâcher la cire avec...

Jean-Marc NAILLON 26/04/2007 22:17

Pour goûter le miel dans les alvéoles, il faut venir le jour de la récolte et de l'extraction du miel. Je te préviendrai, rappelle le moi avant la fin mai (pour le miel d'acacia). Je pourrai même te fournir une boîte de miel en section sur la récolte du miel d'été. C'est réservé aux connaisseurs, ceux qui n'hésitent pas à croquer dans la cire et à s'en mettre plein les moustaches. Je n'en ai plus en ce moment, mais en attendant, ça n'empêche pas que tu viennes en famille goûter le miel en pot. On sera à la maison dimanche. Votre heure sera la nôtre.